BEN EYF

 
 
 
IMG_3926.JPG
 
 

BEN EYF

Mes inspirations prennent formes à partir d’un détail, d’un point.

Ce point est alors un point d’encrage qui me mène au monde terrestre, corporel, végétal. Le monde de la matière vivante.

Un enracinement qui permet d’être libre, d’être invisible pour être vu, de l’absence pour être présent, du temps pour être inconditionnel, de la matière pour être vivant et de le mort pour exister.

Dans un mouvement perpétuel, ou « rien n’est constant, si ce n’est le changement » et ou tout est changement, non, pour ne plus être mais pour devenir ce qui n’est pas encore.

Alors je crée ce qui vient à moi et qui m’appartient à ce moment là, afin de le partager lorsqu’il ne m’appartient plus.